Un laboratoire de R&D pour une entreprise incluante

L’exigence de performance au sein de notre économie de marché conduit à l’exclusion d’un plus en plus grand nombre de personnes auxquelles, pour de multiples raisons, on ne laisse plus la possibilité de contribuer à leur propre développement, à celui de leur famille, ni à celui de l’économie au sens large.

Travailler et Apprendre Ensemble est un projet pilote du Mouvement ATD Quart Monde, basé à Noisy-le-Grand, mûri après une longue histoire d’expérimentations de projets visant, depuis les années 1960, à permettre à des personnes en grande précarité de retrouver leur identité de travailleur et leur place dans la société.

Depuis 2002, TAE prouve concrètement que « nul n’est inemployable », expérimentant sur le terrain de l’entreprise de nouvelles formes opérationnelles réalistes et convaincantes pour mettre fin à cette exclusion des plus pauvres du monde économique. Actuellement l’activité de TAE s’articule autour de cinq métiers (remise en état de matériel informatique usagé,  chantiers de second-œuvre, prestations de nettoyage de locaux, entretien d’espaces verts et formation au management incluant).

Nos convictions et objectifs

Nous avons la conviction que si le travail ne fait pas tout, le sentiment d’inutilité, de non reconnaissance et d’exclusion lié à la privation d’emploi est destructeur.

Notre entreprise veut montrer qu’il est possible de réunir des personnes d’horizons différents partageant la volonté de travailler et d’apprendre ensemble, d’intégrer chacun à partir de ce qu’il est au sein de l’équipe, en lui faisant une place à sa mesure. Chacun est accompagné dans le développement de son potentiel afin d’expérimenter un modèle alternatif au fonctionnement excluant de l’entreprise classique.

Au-delà de la seule activité de l’entreprise, l’objectif est de constituer, dans et en-dehors des heures de travail, un collectif humain. Dans ce collectif chacun peut épanouir ses talents, se sentir reconnu et trouver les supports nécessaires pour se déployer au-delà.

 

TAE est donc une entreprise d’un genre nouveau,  ses buts sont :

  1. de montrer qu’il est possible de créer de l’emploi de qualité dans la durée pour les personnes les plus éloignées de l’emploi, dans le respect de chacun;
  2. de constituer un collectif humain épanouissant pour chacun, grâce à l’engagement de tous;
  3. d’interpeller la société et d’inciter le monde économique à repenser son mode de fonctionnement vis-à-vis des personnes considérées comme inemployables, au travers du témoignage de son fonctionnement et de ses résultats.

Partageant certaines des ambitions et modalités de l’insertion par l’activité économique (IAE), TAE s’en distingue néanmoins radicalement dans son objet. Là où l’IAE vise, en un temps limité, à atteindre le seul critère d’employabilité pour satisfaire aux exigences du monde économique actuel, le projet de TAE se construit avec les personnes les plus pauvres associées à d’autres travailleurs. Tous ensemble ils inventent une organisation et une animation de l’entreprise permettant à chacun de prendre toute sa place dans la durée.

Caractéristiques principales du projet

Les personnes qui ont été éloignées durablement du travail sont à la source du projet. Toute initiative ou activité de TAE trouve son origine et s’appuie sur le savoir et l’expérience des personnes en situation de grande pauvreté. Cela en fait une entreprise avec des caractéristiques et des ambitions uniques (menus à dérouler).

Les salariés associés, qui ont vécu l’exclusion sont rejoints par d’autres travailleurs (dits “compagnons”). Ces deux groupes de salariés aux parcours différents travaillent ensemble, dans le travail ils ont le même statut et les mêmes responsabilités. Les salariés compagnons apportent certaines sécurités et expertises (santé, disponibilité, savoirs académiques…), les salariés ayant connu la précarité durable en apportent d’autres (clefs de compréhension uniques des situations grâce à leur vécu de situations d’exclusion, prise en compte des fragilités humaines, solidarité…).

Vous êtes intéressé par l’expérience de compagnonnage ? Nous recrutons régulièrement, consultez notre fiche de poste.

TAE cherche à proposer le maximum de sécurité aux salariés issus du monde de la grande pauvreté. Cela leur permet de s’inscrire dans un parcours personnel adapté à leurs capacités humaines et de faire fructifier leurs talents. C’est pourquoi, les contrats de travail sont à durée indéterminée.

De même une attention importante est accordée à la formation professionnelle sur le lieu de travail. Cette logique de développement personnel doit conduire certains à quitter TAE pour voler de leurs propres ailes ailleurs, et d’autres à rester au sein de l’entreprise.

TAE doit être d’une taille et d’une diversité suffisantes pour pouvoir leur offrir de quoi s’épanouir. Comme dans toute organisation humaine, cette logique de “rotation” des effectifs, découlant ici du seul développement des parcours individuels, permet à l’entreprise de se renouveler régulièrement.

Les équipes inventent de nouvelles méthodes d’organisation du travail qui se basent sur la coresponsabilité, le respect du rythme de chacun, la polyvalence et la reconnaissance de chacun dans un but permanent de recherche par tous du développement du potentiel de chacun.

Le modèle économique de TAE prouve sa résistance depuis 2002. La qualité de ses prestations s’élève au niveau de celles du secteur classique. TAE vise une autonomie financière basée sur une activité marchande la plus élevée possible, tout en acceptant un certain déséquilibre lié aux capacités de chacun au sein de l’équipe salariée.

Ce déséquilibre économique limité est compensé par l’implication humaine et financière :

  • des clients et fournisseurs de TAE, conscients que les modes de commerce et de consommation ont un rôle à jouer dans la lutte contre l’exclusion, acteurs d’un « marketing solidaire » basé sur un nouveau « sens » des actes économiques
  • des salariés et directeurs de TAE qui acceptent une échelle de rémunération réduite (entre 1 et 2 fois le smic)
  • de la collectivité publique (nationale et territoriale), à travers divers mécanismes d’aides,
  • du secteur privé (mécénats, fondations,…) conscient de la nécessité pour les acteurs économiques de s’interroger sur leurs modes de fonctionnement.
  •  

Au-delà de proposer un emploi à des personnes qui en sont privées, nous cherchons à ce que tous mobilisent et partagent leurs savoirs : savoir faire, savoir communiquer, savoir s’impliquer pour faire changer le monde. Un accent très fort est mis sur l’entraide, le travail en binôme, l’accueil des nouveaux.

Au-delà de l’activité professionnelle, de nombreuses activités collectives sont développées, durant et en-dehors des heures de travail, pour renforcer la solidarité entre tous les acteurs de TAE et leurs familles.

Cadre juridique

TAE est une structure associative actuellement conventionné comme Atelier et Chantier d’Insertion (ACI).
Cependant, constatant l’absence de cadre adapté à notre projet , nous nous devons de promouvoir de nouvelles formes juridiques d’entreprises solidaires.

Gouvernance et pilotage

  • Co-construction du projet : les salariés sont invités à élaborer collectivement les décisions de la gestion quotidienne d’une part, et de l’amélioration permanente des activités et procédures d’autre part. Ceci est d’autant plus fondamental pour les salariés issus de la grande pauvreté, à qui l’on ne demande jamais leur avis ailleurs, voire qui s’interdisent de le donner.

  • Animation : Le pilotage au quotidien du projet est assuré par un ou plusieurs directeurs.
  • Arbitrages : les décisions importantes sont approuvées par le Conseil d’Administration sur proposition des équipes opérationnelles qui pilotent le projet au quotidien.
  • Stratégie : Les orientations stratégiques de TAE sont validées par le mouvement ATD Quart Monde à travers la présence de ses représentants membres de droit du Conseil d’administration
Fermer le menu
×
×

Panier