Des idées pour permettre aux plus précaires d’accéder à un emploi durable

Le compagnonnage, au delà de la coopération

De nouvelles façons de Travailler et Apprendre Ensemble

Des raisons d'agir

L’entreprise TAE s’est construite à partir de l’idée que nul n’est inemployable, que chacun peut trouver sa place dans l’entreprise, à condition que celle-ci accepte de se transformer à partir de ceux qui en ont été exclus.
Ce projet mobilise des personnes en situation de précarité, mais aussi des personnes faisant le choix volontaire et militant de rejoindre ce défi. Le terme “compagnon” (de travail) est concrètement utilisé pour désigner les salariés de TAE qui n’ont pas connu la grande pauvreté.
Mais comment faire travailler ensemble des personnes d’horizons si différents et réussir à ce que cette expérience profite à chacun ?

Des employés témoignent

” Ce n’est pas la productivité individuelle qui compte, mais c’est ce que l’on va faire tous ensemble. Comme dit le proverbe : tout seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin.”
” Ma particularité, en tant que compagnon, c’est d’être autant à l’écoute des autres que face à mon travail. ”
salariés à TAE
” La grande force des compagnons, c’est de s’engager dans le projet pour le projet et pas pour trouver un boulot. ”
“A TAE, on est toujours compagnon de quelqu’un d’autre. ”
directeur de TAE

Des choses à faire

Travailler et Apprendre Ensemble, c’est tout d’abord apprendre à connaître les autres, et notamment ceux qui ont des expériences de vie très différentes; qui ils sont, ce qu’ils vivent, comment ils travaillent, quelles sont leurs aspirations.
Ensuite, c’est apprendre à travailler avec les autres, à les respecter dans leur travail, à tenir compte de leurs idées. Enfin, c’est apprendre à partager un outil de travail, des impératifs de production, un espace de vie.
Au delà de la simple coopération entre des personnes d’horizons différents, TAE propose une nouvelle forme de compagnonnage entre ces personnes : progresser ensemble à la découverte de nouveaux savoir-faire et de nouveaux savoir-être.

Juillet 2015

Fiche innovation N°10

Des effets bénéfiques pour l'entreprise

... et pour l'employé

La capacité de production de TAE reposant essentiellement sur les hommes et les femmes qui la composent et sur leur capacité à travailler ensemble le compagnonnage permet que des relations de confiance s’instaurent et améliore le travail en équipe. 

La confiance reçue de la part des collègues, et notamment de la part des compagnons, permet aux salariés ayant connu l’exclusion de se sentir capables, de se sentir utiles et d’aller de l’avant.
Le compagnonnage est aussi l’occasion d’avoir une expérience de vie unique. Le compagnon peut témoigner de la vie difficile vécue par certains.

Le rôle du compagnon

Les compagnons s’engagent dans le projet pour une durée définie (1 à 2 ans). Ils ont des convictions et une certaine sécurité intérieure dont ils font bénéficier leurs collègues.
Ce ne sont ni des tuteurs, ni des encadrants. Ils travaillent au sein des équipes de production.
Avec leurs collègues, ils font vivre les valeurs humaines telles que la coopération, la solidarité, le respect de chacun et l’écoute.
Ils sont des médiateurs dans la relation avec le travail.

Des binômes et des équipes en coresponsabilité

A TAE, le travail se fait le plus souvent en équipe, en binôme,  à  trois  ou  plus.  La  mixité  sociale  est recherchée. Les binômes changent aussi.
Au  sein  des  équipes,  il  n’y a  pas  de  relation hiérarchique  entre  les  compagnons  et  les  autres salariés. La responsabilité est partagée par tous, les objectifs de production aussi. Le travail se fait en coopération, sans chef d’équipe.
Les compagnons portent le souci que tout le monde reste dans l’équipe, que le rythme de chacun  soit respecté, que chacun puisse s’exprimer.

Une co-formation permanente

Le rôle des compagnons apparaît à certains salariés très lié à la formation : « Ils connaissent des choses que je ne connais pas ». Mais l’inverse est vrai aussi.
En travaillant au quotidien avec les autres salariés, les compagnons se transforment. Ils découvrent des réalités de vie qu’ils ignoraient et comprennent mieux l’importance qu’il y a à ce que l’entreprise puisse faire une place à chacun.
Ils apprennent des salariés en situation d’exclusion comment mieux vivre et travailler ensemble.

Être compagnon, un apprentissage pour la vie

Cliquez sur le bouton modifier pour changer ce texte. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Être compagnon, cela ne s’apprend pas à l’école. Les   compagnons   passent   par   une   phase   de
déconstruction de leurs habitudes de travail et de leurs  préjugés. Simultanément,  ils  entament  un apprentissage nouveau dans la compréhension de ce que peuvent vivre leurs collègues.
Régulièrement, les compagnons se réunissent entre eux. C’est  l’occasion  pour  chacun  de  partager  les réussites, les bons moments partagés mais aussi les doutes et les difficultés qu’il traverse.

Des conseils


✔ Une proportion trop forte de compagnons risque de dénaturer le projet. Un quart des équipes de production permet d’atteindre un bon équilibre.
✔ Il est préférable que les compagnons soient affectés, dans un premier temps, à un domaine d’activité qu’ils ne connaissent pas.
✔ La mission du compagnon ne s’arrête pas aux portes de TAE. Il est invité, dans sa future vie professionnelle, à poursuivre ce questionnement autour de l’exclusion au travail.

Fermer le menu
×
×

Panier