A Paris (20ème), le samedi 16 juin, ont été présentées des poésies, fruits d’un atelier d’écriture monté par un collectif d’associations. Les écrivains amateurs, au sens étymologique du terme, ont offert une palette d’émotions et de couleurs. L’animateur de l’atelier propose des mots dans une corbeille et chacun improvise à partir des mots piochés.

« L’enfance » : Chantal nous explique que son travail de mémoire s’allie à son imaginaire pour composer des fictions dans lesquelles chacun peut se retrouver. « On joue avec la sensibilité des gens, on cherche à les émouvoir pour donner à connaître les difficultés de la vie. Par exemple la pauvreté est un vécu qui ressort des textes et sensibilise l’auditeur sur la reproduction de ce fléau, plaie de notre société depuis des décennies. C’est un cri poétique radical dans la dénonciation. C’est une voix qui réveille la curiosité et peut être l’indignation de celui qui écoute ».

Jeannot évoque les chansons de Madagascar, dans lesquels les mots passent des messages indirects.

« La poésie m’a redonné la passion de lire, je me suis remise à lire des livres. Victor Hugo, Baudelaire, Rimbaud. »

Gilles précise que ses thèmes préférés sont : « La spiritualité, la science des ovnis. »